Dans mon enfance, trois générations de Troisgros occupaient plus de la moitié de l’hôtel. Les clients
qui venaient dormir chez nous avaient le sentiment
d’être accueillis comme à la maison. Avec le temps,
nous avons fait évoluer la qualité de l’accueil, l’aménagement et le grand confort du lieu. Mais
la gentillesse, l’attention portée à chaque client,
le rapport simple et familier, sont restés presque
les mêmes.
Des espaces calmes et d’inspiration contemporaine s’ordonnent autour du jardin intérieur. Les chambres privilégient les lignes épurées, les harmonies de tons
doux et de matières naturelles. Une grande collection
de livres de cuisine du monde, et donc du voyage,
fait rêver les amateurs. Une salle de sport et un
sauna-sanarium composent un autre espace de
détente. Partout, la présence des oeuvres de peintres contemporains – Favier, Traquandi, Shütte, Tusek, Dörner, Pia Fries – ou impressionnistes, comme
Jean Puy, marque l’atmosphère des lieux.
Tarifs
S'offrir un moment de bonheur à deux

Chaque  chambre de l’hôtel bénéficie
d’un aménagement particulier et d’une décoration
contemporaine personnalisée par la présence d’oeuvres de peintres et de photographes.

L’Hôtel 5 étoiles dispose de 14 chambres
et appartements luxueux.

L’Hôtel offre :
- des chambres doubles à 330€ la nuit
- des chambres supérieures de 390 à 440€ la nuit
- des appartements et suites de 520 à 650 € la nuit
  (Hors petits-déjeuners et taxe de séjour, TVA 10%
  incluses)

- Le petit-déjeuner continental à 30 € par personne.
  Servi soit en buffet dans un salon donnant
  sur le jardin, soit dans votre chambre.
- Un garage fermé
- L’accès libre à la bibliothèque
- Un espace détente à la libre disposition des clients,
  équipé d’un sauna saunarium et d’une salle
  de sport.
- Sur demande, nous vous préparerons un panier
  pique-nique pour votre départ
- Nous réservons pour vos enfants la table
  des chefs en cuisine.

710 € pour 2 personnes*

Helmut Dorner
Toscano, 2004

J'ai un faible pour le travail de cet artiste allemand. Cette grande toile abstraite (en fait sur plexiglas) évoque la Toscane, une terre de noble tradition et d'histoire.
Elle me touche pour l'intense énergie qu'elle dégage. J'aime les traces, les éclaboussures qui ponctuent sa surface, les laques brillantes et colorées qui se mêlent et se superposent les unes aux autres, révélant de nouvelles formes.
Les effets de transparence et d'opacité, le jeu
des ombres et des lumières qui se projettent sur le mur accentuent la fascination visuelle.
Devant ce tableau, mes yeux sont grands ouverts.
Helmut Dorner est né en 1952, il vit et travaille
à Karlsruhe (Allemagne).

Michel Troisgros

Gabriel Dauchot
(1927-2005)

Mon grand-père, qui appréciait l’art, avait aussi un bon oeil et la subtilité de ce portrait ne lui a pas échappé.
Ayant été lui-même garçon de café, cet homme lui rappelant ses débuts dans le métier l’a probablement ému.
Peut-être aussi que son visage, mélancolique et triste, évoque ce qu’il craignait par-dessus tout : la routine.
Ce tableau intemporel a une belle place dans la bibliothèque de l’hôtel et il nous est devenu familier.

Michel Troisgros

Pia Fries
Broder, 2001

Je vous invite à apprécier cette peinture de Pia Fries, qui m'a immédiatement attiré, alors que je découvrais son travail à la galerie Nelson. A bien la regarder, ça doit être la matière. Sûrement. Elle est en relief, généreuse, ondulée. Il y a des similitudes avec celle, épaisse, de la meringue, qui serait triturée par les mains du pâtissier. La palette des couleurs éclatantes participe aussi à la dynamique et à la force du tableau. Elles s'immiscent les unes aux autres, créant des formes abstraites et fascinantes. Pour obtenir ces textures, Pia applique la peinture, sans pinceau, directement sur le bois, avec un ou plusieurs tubes en même temps. Puis, en s'aidant de différents outils, elle aplatit, enlève, triture, ondule et donne vie à l'oeuvre

Michel Troisgros

Eric Poitevin
sans titre, 2000

Né en 1961, il vit et travaille dans un village situé près de Verdun : Mangiennes.
Cette magnifique et grande photo est montrée
dans une des salles à manger de notre maison.
Elle est saisissante. Cet arbre symbolique, immobile et pourtant vivant, attire le regard et fascine.
L'écorce sublime de l'arbre, le frémissement d'une branche, la variation subtile de la lumière naturelle, rien n'est laissé au hasard par cet artiste qui travaille à la chambre.
Eric pense minutieusement ses images (parfois des mois d'attente pour saisir le bon moment), avant de les constituer et de les offrir à notre regard.

Michel Troisgros

Gérard Traquandi
Montagne, 2001

Cette oeuvre de Gérard Traquandi, artiste dont nous avions déjà présenté le travail photographique est une gravure à la pointe sèche.
La technique consiste à dessiner le motif sur une plaque de cuivre, à la griffer juste ce qu'il faut avec une pointe dure, à l'enduire d'encre avant
de l'essuyer, au chiffon, puis à la paume de la main.
L'encre se glisse dans les interstices. Le papier est enfin appliqué et pressé à l'aide d'un rouleau. Ce procédé est subtil et le résultat magnifique.
Depuis toujours, Gérard Traquandi entretient une relation forte avec la montagne (il rêvait aussi d'être guide), qu'il pratique régulièrement. Il se mesure à elle, à son échelle, à l'espace, comme il se mesure à ses tableaux, intensément.

Michel Troisgros